Le marketing d’influence : qu’est-ce que c’est?

Le marketing d’influence est un type de marketing qui s’appuie sur des leaders d’opinion pour réaliser la promotion d’un produit ou d’une idéologie. [1]

Mise de l’avant dans les dernières années, cette tactique marketing a fait ses preuves. 

Détrompez-vous, le marketing d’influence n’a rien de nouveau. En effet, un porte-parole apparaissant dans une publicité télé ou une voisine qui organise une soirée pour aider la promotion du type de produit peuvent être qualifiés, eux-aussi, de marketing d’influence. 

 

Ce qui nous intéresse particulièrement dernièrement, c’est le marketing d’influence sur les réseaux sociaux. En effet, 93% des responsables marketing sondés ont répondu utiliser cette tactique et ceux-ci ont déclaré que le ROI (retour sur investissement) est multiplié par 18 grâce aux influenceurs.[2]

Les trois principales plateformes ou les campagnes de marketing d’influence sont créées en 2022 sont Instagram, TikTok et YouTube. Toutefois, il existe de nombreuses autres plateformes sociales ou celles-ci peuvent être diffusées telles que Twitch, Facebook, Twitter, etc. 

 

Le contenu créé par ces créateurs peut avoir de multiples vocations. Promotionnelle, éducationnelle ou inspirationnelle, la vocation du contenu doit avant-tout être alignée avec vos objectifs et votre intention. 

Mais c’est quoi un.e influenceur.se?

Non, les influenceurs.ses ne sont pas que des filles en bikinis sur la plage ou des gens qui ont participé à des télé-réalités. On parle plutôt de leader d’opinion, ce peut être un.e blogueur.se, une maman présente sur les médias sociaux, ou même un chien avec son propre compte instagram. Vous serez peut être surpris de connaître Tucker Budzyn le Golden Retriever avec ses 3,3 millions d’abonnés. Non seulement ce chien possède sa propre ligne de produits, mais il fait également la promotion de produits comme des jouets pour chien, les matchs de la NFL ou des chaussures pour ses maîtres. 

 

Alors que ce sont généralement les plus grandes compagnies qui font appel aux influenceurs.ses avec quelques millions d’abonnés, il existe des créateurs de contenus pour toutes les catégories d’entreprises et types de campagnes. 

Les nano-influenceurs

Un compte ou une personne nano-influenceur.se a entre 1000 et 10 000 abonnés sur les médias sociaux. Ces ambassadeurs offrent généralement de la visibilité à une boutique ou une marque en échange d’une petite rémunération ou simplement l’échange d’un produit. Ce sont plus souvent des monsieurs-madames tout le monde qui aiment partager les aléas de leur vie avec leur communauté. L’avantage de ce type d’influenceur.se, c’est qu’ils sont généralement les plus authentiques et s’intéressent réellement aux marques qu’ils mettent de l’avant. 

Les micro-influenceurs

Les micro-influenceurs ont 10 001 à 100 000 abonnés. Ayant un plus grand auditoire, ces influenceurs sont généralement dédiés à leur communauté et créent du contenu de qualité qui met en valeur les marques. C’est une catégorie de comptes qui, eux, demandent une rémunération substantielle pour leur travail et la visibilité offerte. Cependant, ce sont les campagnes qui sont souvent les plus performantes. De nombreuses ventes sont générées par des campagnes de marketing via des micro-influenceurs.

Les macro-influenceurs

Avec de plus grandes communautés, les macro-influenceurs ont entre 100 0000 et 1 millions d’abonnés. Les abonnés de ses comptes étant généralement répandus dans plusieurs régions, ils sont un bon moyen pour une marque de couvrir un territoire plus large et d’avoir une grande visibilité. Ces influenceurs.ses considèrent les médias sociaux comme leur métier et donc, cherchent à obtenir de bons revenus pour leurs actions. Étant considéré.es moins authentiques que les deux types précédents, les résultats de ces campagnes peuvent être décevants.

Les méga-influenceurs

Finalement, les méga-influenceurs sont considérés comme des célébrités ou des personnalités publiques. Ils donnent une énorme visibilité aux marques qu’ils mettent de l’avant. Ces influenceurs sont généralement moins authentiques et plus difficiles à rejoindre. En échange d’autant de visibilité, ces célébrités demandent un bon montant d’argent pour partager du contenu sur leurs comptes.

Les modèles de rémunération

Il existe trois principales façons de rémunérer les influenceurs. 

  • En produits : ce sera généralement la méthode avec les nanos ou parfois même avec les micro influenceurs. On pourra leur offrir un produit ou un service dont ils pourront se servir pour créer du contenu. Évidemment la valeur du produit doit être prise en compte dans l’échange. Plus un produit est dispendieux, plus on peut demander des services en échange. 
  • Rétribution fixe : c’est un montant prédéterminé, inscrit au contrat, qui sera versée à l’influenceur. Les créateurs demanderont généralement un montant par action. Par exemple, le montant demandé peut varier d’une story à la rédaction d’un blogue ou d’une publication Instagram à une vidéo Youtube.
  • Rétribution variable : ce type de rémunération peut être intéressant avec des influenceurs de confiance. On peut leur offrir des bonus en fonction des retombées de la campagne ou en fonction du nombre de vues d’une vidéo. Il faut toutefois être prudent avec ce type de paiement et mettre des limites claires dès le départ.

Des exemples de campagnes

Si vous passez un minimum de temps sur les médias sociaux, c’est garantie que vous avez déjà vu des campagnes de marketing d’influence. Que vous en ayez eu conscience ou non, ces publications ont parfois une allure de publication bien régulière et parfois c’est plus évident. Voici quelques exemples de campagnes. 

La boutique Ivy, située sur la rue Cartier à Québec, est un bel exemple local de marketing d’influence. En effet, la boutique fait souvent appel à certaines ‘’influenceurs’’ de la région pour faire la promotion de ses produits. Que ce soit des images pour les comptes de l’entreprise ou des publications sur les réseaux sociaux de ces femmes, le contenu est toujours bien présenté et réfléchi.

Marque internationale de plus grande envergure, Vessi est une championne du marketing d’influence. Durant quelques mois en 2021, de nombreux créateurs de contenus sur Tiktok ont créé des vidéos pour promouvoir les bienfaits de leurs chaussures imperméables. Vues par des millions de personnes, ces vidéos ont fait connaître leurs produits à de nombreux clients potentiels. L’exemple, ici, met en vedette la créatrice de contenu canadienne @kallmekris

Un autre exemple d’entreprise de chaussures, mais tellement différent, est l’affiliation entre les chaussures Yellow et l’influenceuse Sarah Couture. Dans cette campagne, ce n’est pas seulement du contenu qui a été créé, mais une collection complète de produits. La collection Sarah couture est disponible en ligne et en magasin. Elle a été promue par Yellow, mais également par Sarah Couture à ses 185K abonnés sur Instagram. La création collaborative est aussi un type de marketing d’influence. C’est généralement quelque chose que l’on fait avec un.e influenceur.e avec qui une bonne relation de confiance a été établie.

Vous souhaitez démarrer une stratégie de marketing d’influence et ne savez pas par ou commencer ? Contactez-nous pour savoir si vous êtes admissible à l’un de nos programmes!

Références

[1] Marketing d’influence, Wikipédia, https://fr.wikipedia.org/wiki/Marketing_d%27influence

[2] Marketing d’influence : définition, intérêt et étapes (+ exemples), Blog Hubspot, 7 ocotbre 2021, mise à jour le 19 août 2022. https://blog.hubspot.fr/marketing/techniques-perfectionner-marketing-influence


Le commerce social n’est pas juste une tendance et voici pourquoi

Si votre entreprise est présente en ligne, sans doute avez-vous entendu parler dans les derniers mois du commerce social (du moins, vous devriez!🙃). Bien plus qu’une tendance ou un buzz word, le commerce social est un nouveau canal de vente, propulsé par les plateformes de médias sociaux, qui est là pour rester. 

Le commerce social, c’est quoi?

Le commerce social peut se résumer ainsi: l’utilisation des médias sociaux pour vendre vos produits ou vos services. Contrairement au marketing social, qui fait davantage référence à la gestion de communauté et à des stratégies d’influence, le commerce social implique directement l’action de vendre (lire entre les lignes: le paiement du client) [1]. Le commerce social se différencie également du commerce en ligne puisqu’une boutique en ligne n’est pas toujours nécessaire pour réaliser une vente. Ça signifie qu’il n’est pas nécessaire pour le client de quitter la plateforme sociale sur laquelle il se trouvait initialement pour compléter son achat. Vous me voyez venir: c’est un moyen de diminuer la friction en retirant des étapes inutiles du parcours d’achat (d’un point de vue client, évidemment) [2]. 

Les avantages du commerce social

Alléger le parcours client est déjà un avantage non négligeable, mais le commerce social en présente plusieurs autres:

  • Réduire les barrières à l’entrée: pour une entreprise qui n’a pas de boutique en ligne, le commerce social réduit les barrières à l’entrée de la vente en ligne puisque le seul prérequis est la présence sur la plateforme sociale [3]
  • Miser sur l’impulsivité: en épurant le parcours d’achat, on encourage l’achat dès la découverte du produit. Rappelons-nous que chaque clic est une opportunité que le client change d’idée: moins de clic = moins de remise en question! [4]
  • Faciliter le ciblage: il est plus facile d’avoir des cibles très précises, notamment sur les centres d’intérêts des clients potentiels. Grâce à l’abondance de données que possèdent les algorithmes sur leurs utilisateurs, fini les actions mal ciblées! [4]
  • Accélérer le sentiment de confiance: le client potentiel a un accès direct à une forme d’approbation sociale (nombre d’abonnés, interactions, commentaires, avis, etc.) dont il a besoin pour faire suffisamment confiance à la marque et ainsi procéder à un achat. [2]

3 raisons de vous mettre au commerce social dès maintenant

Vous croyez que c’est seulement une tendance? Que c’est trop cher à implanter? Que votre entreprise est trop petite et n’a pas les ressources nécessaires? Détrompez-vous: le commerce social est accessible et l’adoption, assez simple. 

Voici 3 bonnes raisons de vous y mettre: 

  1. Pour rejoindre une clientèle plus jeune, le commerce social est un incontournable: chez les 18-34 ans, c’était déjà plus d’une personne sur deux qui avait fait un achat sur une plateforme sociale en 2019…on est en 2022. [4]
  2. Selon un récent sondage auprès des chefs d’entreprises américains, près de 80% d’entre eux prévoient utiliser les médias sociaux pour vendre leurs produits et services d’ici 2024. On n’a pas besoin de répéter que la compétition n’est plus juste votre voisin de rue, n’est-ce pas? 
  3. Ne pas emboîter le pas avec le commerce social peut avoir un impact sur la réputation de la marque, la rétention client, la compétitivité et, bien sûr, les revenus [5]. Alors, ne jouons pas à l’autruche!

Se mettre au commerce social en quelques étapes

Comme pour chaque nouvelle pratique que vous adoptez, nous vous conseillons de vous inspirer auprès d’entreprises qui sont déjà dans le coup. Regardez ce que font les entreprises que vous appréciez et portez attention aux stratégies de vos compétiteurs pour en retirer le meilleur…et prendre en note les erreurs à éviter! Mieux encore: essayez-le par vous-même pour bien comprendre l’expérience.

Ensuite, entourez-vous de bonnes personnes. Ne sous-estimez pas la volonté de vos employés ou de votre entourage à vouloir tester une nouvelle approche. Peut-être que quelqu’un est intéressé à propulser cette initiative pour votre entreprise. Vous songez à le faire par vous-même? Nous pouvons vous accompagner dans la mise en place pour vous mettre en confiance! 

Surtout, ne négligez pas l’audience! Identifiez les plateformes où les clients potentiels sont les plus confortables. Pour un premier essai, nous vous suggérons d’investir sur ces canaux et de vous y limiter. Définissez ensuite leur parcours: comment sont-ils arrivés sur votre produit? Et pensez à la suite: que souhaitez-vous qu’ils fassent ensuite? Indice: opportunité de fidéliser. 

Les options qui s’offrent à vous

Voici les options qui vous permettront de vous lancer dans le commerce social.

Boutique Facebook

Avec la boutique Facebook, les clients peuvent payer directement sur la plateforme via Meta Pay. En ajoutant leur moyen de paiement, les utilisateurs sont prêts à payer en un clic! Vous pouvez créer votre boutique à partir de zéro ou y importer le catalogue de produits de votre boutique en ligne, si vous en avez une. En ajoutant des produits à la boutique Facebook, ceux-ci seront accessibles sur votre page Facebook mais également sur votre profil Instagram, et dans le contenu que vous y créez (publications, stories, publicités). 

Côté conversion, la boutique Facebook offre différents moyens d’atteindre vos objectifs: l’achat directement dans l’app, la redirection vers la fiche produit sur votre site transactionnel ou vers Messenger, pour un service à la clientèle direct et rapide. 

Exemple d'une boutique Facebook tirée de la page de Resto Plaisir.

Instagram Shopping

Cette option ne vit pas seulement à travers Meta: c’est un canal à part entière. Avec Instagram Shopping, vous verrez l’onglet Boutique apparaître sur votre profil. Vous pourrez ajouter des liens directs vers vos produits dans vos stories, qu’elles soient photos ou vidéos. Même chose pour les publications, auxquelles vous pouvez apposer des étiquettes sur les produits (comme dans la vraie vie!).

Exemple de l'onglet Instagram Shopping tirée du compte de Demain Peut-être.

Pinterest

Ne sourcillez pas: la fonction magasinage existe depuis 2015 sur Pinterest! Avec un compte entreprise, vous pouvez créer des épingles produits (incluant le prix), qui seront regroupées dans l’onglet Shopping. Comme pour la boutique Facebook, vous pouvez y importer l’ensemble de votre catalogue en y connectant votre boutique en ligne. Elle est nécessaire sur Pinterest, car la plateforme n’offre pas d’option de paiement intégrée. C’est un moindre mal, sachant que 89% des utilisateurs de Pinterest y sont pour des inspirations, les opportunités de découverte pour eux et de conversions pour vous demeurent nombreuses.

Exemple de l'onglet Shopping sur Pinterest tiré du compte de RW&CO.

Vous êtes indécis sur la plateforme à choisir? Vous avez peur de faire exploser votre site web avec l’importation de votre catalogue sur une boutique Facebook? Écrivez-nous pour obtenir un coup de main. On vous promet, rien ne va exploser! 😉

Références

  1. Social commerce en 2022: définition et conseils pour vendre sur les réseaux sociaux. Blogs Shopify. 7 mars 2022. https://www.shopify.com/ca-fr/blog/social-commerce
  2. Qu’est-ce que le commerce social?. Blog Digitad. 27 mai 2022. https://digitad.ca/commerce-social/ 
  3. Social commerce: 64% des utilisateurs ont effectué un achat via les réseaux sociaux en 2021. Blog du modérateur. 5 janvier 2022. https://www.blogdumoderateur.com/social-commerce-utilisateurs-achat-reseaux-sociaux-2021/
  4. What is Social Commerce and Why Should Your Brand Care?. Blog Hootsuite. 28 juillet 2022. https://blog.hootsuite.com/social-commerce/
  5. Social commerce trends and misconceptions: What leaders need to consider?. Sprout Social. 2 mai 2022. https://sproutsocial.com/insights/social-commerce-trends/